quartes

Explorer les intervalles: les quartes et les secondes

L’exploration des intervalles n’est pas révolutionnaire. Elle fut initiée par Henry Cowell dès 1930 et poursuivie par bien d’autres ensuite. Elle constitue, néanmoins toujours, une fascinante activité qui révèle souvent des pépites. Elle nous permet surtout, pour ceux qui en ressentent le besoin, de nous échapper des tonalités sans pour autant nous engager dans une atonalité stricte. L’harmonie par les intervalles nous place dans un espace qui n’est ni tonal ni atonal. La logique est ailleurs, dans les distances plus que dans les points. Moins dogmatique peut-être?

Nous allons continuer ce qui a été commencé dans le précédent article avec les tierces. Cette fois nous allons aborder les quartes et les secondes.

Les quartes

Comme dans le cas des tierces, il faut bien avoir à l’esprit que les accords construits avec des quartes, par le jeu des renversements et des conduites de voix ne contiendront pas seulement des quartes mais également des quintes(renversement de la quarte), des secondes, des tierces etc…

harmonie

Cet accord de trois sons par empilement de quartes contient, une fois renversé des intervalles de quarte et de seconde.

La quinte est le renversement de la quarte. On peut donc, à la limite, considérer les accords en quintes équivalents à ceux en quartes, bien que la sonorité globale soit quand même un peu différente. Disons, un air de famille…

quartes

Les accords dépassant l’ambitus d’octave produisent de nombreuses possibilités de renversement:

quarte

Autre type de renversement de cet accord:

intervalles

ou même encore:

quarte

Les accords en quartes de trois, quatre ou cinq sons possèdent un fort parfum pentatonique.

On peut donc dire, comme Michel Merlet: “…les accords dont l’ambigus dépasse l’octave, sans redoublement de note, ne sont plus des accords mais des gammes (ou des modes…)”

 

Ici, les touches noires du piano:

quartes

L’harmonie quartale donne, y compris avec les accords renversés, une impression de dissonance modérée.

 

Accords de trois sons en quartes

Les accords en quartes sont des accords ambiguës en ce sens que, comme tous les accords construits par intervalles équidistants (accords diminués ou augmentés), chaque note peut être considérée comme une fondamentale possible…!

harmonie

En conséquence, les accords en quartes, ainsi que les diminués et les augmentés, sont souvent utilisés comme substituts de la dominante lors des cadences. Ici, le même accord, mais avec des basses à chaque fois différentes, sert de dominante(V) dans trois tonalités différentes (II-V-I).

harmonie

Comme on l’a vu précédemment, les accords en quartes, dans leurs divers renversements ne contiennent pas que cet intervalle. On aura intérêt donc, pour éviter la monotonie, à les renverser (mais pas systématiquement non plus). Il faut essayer.

Des renversements auto-transposants:

quartes

Lors des “cadences quartales” (où tous les accords sont construits en quartes) l’accord final est plus affirmé s’il se trouve dans sa forme renversée:

harmonie

Il peut être intéressant de rajouter une basse intuitivement, librement, à chaque membre d’une séquence d’accords en quarte. Les seules règles qu’on se fixera seront le mouvement contraire avec la voix la plus haute et la non appartenance de la basse à l’accord de trois sons pré-existant (non redoublement).

harmonie

Dans ces trois mesures pour cuivres, la règle, outre les accords en quartes est d’éviter le parallélisme de toutes les voix. Chaque renversement est donc différent du précédent et du suivant dans sa disposition.

quartes

 

Accords de quatre et cinq sons en quartes

En ajoutant une quatrième quarte à un accord de trois sons construit sur cet intervalle, on obtient un objet plus résonnant.

harmonie

Les renversements de ce seul accord donnent déjà une certaine impression de mouvement harmonique (ce qui n’est pourtant pas le cas…).

harmonie

ou encore

harmonie

Il est très intéressant d’ajouter une tierce majeure ou mineure en haut d’un accord de trois sons en quartes :

harmonie

Cette séquence ne renverse pas les accords. Ils sont tous en position fondamentale, c’est-à-dire 4te-4te-3ce. Il y a donc beaucoup de mouvements parallèles mais ça fait partie du vocabulaire de la séquence et l’ensemble sonne très intelligible et clair. On constate que les tierces majeures ajoutées donnent un son clair, alors que les tierces mineures sont nettement plus dissonantes.

Une basse ajoutée à l’oreille, et en mouvements contraires, donnera du corps à l’ensemble et arrondira, un peu, les parallélismes:

harmonie

La séquence est ici un peu sombre mais elle paraîtra très différente transposée à l’octave ou à un autre intervalle au-dessus.

La tierce peut-être ajoutée en haut, en bas de l’accord ou les deux à la fois ce qui donne de riches harmonies comme dans l’exemple suivant:

quartes

Enfin les accords en quartes auront tout intérêt à se succéder, voire à résoudre sur des accords en tierces. Mélange des intervalles.

quartes

Les secondes et septièmes

Renversement d’un accord en secondes majeures et mineures:

quartes

Renversement d’un accord en septièmes mineures:

quartes

On s’aperçoit que la seconde se renverse en septième et que la disposition en septièmes, comprenant les mêmes notes, est beaucoup moins dissonante:

quartes

Les accords par secondes en position resserrée sont plus facilement perçus comme des objets sonores sans réelle harmonie, comme des percussions. On les appelle, dans ce cas là, des clusters.

Configurer les accords en septièmes et neuvièmes permet aux accords en secondes d’être beaucoup moins dissonants, à trois sons ils s’apparentent à des accords de neuvième, et laissent de la place aux voix pour évoluer librement:

quartes

Une séquence par septièmes et neuvièmes, c’est à dire par secondes:

quartes

et avec une basse rajoutée à la quinte au-dessous de la note la plus grave de chaque accord:

quartes

Enfin une courte séquence pour 3 clarinettes avec des accords en secondes, tierces et quartes:

quartes

Show Buttons
Hide Buttons
%d blogueurs aiment cette page :