Série: techniques sérielles et combinatoires

Les techniques sérielles sont innombrables par définition puisque l’un des enjeux majeurs de cette musique est précisément l’imagination combinatoire.

Pierre Boulez : »L’univers de la musique, aujourd’hui, est un univers relatif ; j’entends: où les relations structurelles ne sont pas définies une fois pour toutes selon des critères absolus; elles s’organisent, au contraire, selon des schémas variants. Cet univers est né de l’élargissement de la notion de série…. » (1963)

Chaque compositeur ne se contente donc pas des quelques recettes de base léguées par la tradition – y compris sérielle – mais va mettre en œuvre tout un réseau de possibles « …déduit d’une série initiale par un engendrement FONCTIONNEL (elle n’est pas le déroulement d’un certain nombre d’objets, permutés selon une donnée numérique restrictive)« . (Boulez 1963)

Des processus variés tels que la condensation, l’incrustation(Manoury), les permutations, les séries défectives, la multiplication d’accords(Boulez) seront utilisés… On parle quelques fois de prolifération ou de séries proliférantes.

Le couplage des hauteurs avec des index numériques devra, évidemment, être délié des séries de hauteurs pour éviter une trop grande prévisibilité.

Multiplication d’accords

Une des techniques combinatoires la plus connue est la multiplication d’accords.

Soit une série regroupée par agrégats ou accords de densités variables:

série

 

On multiplie cette série par chaque agrégat successivement, c’est à dire qu’on transpose chaque accord, successivement, sur chaque note de chaque accord pris individuellement. Un exemple:

L’accord I est, ici multiplié par lui-même:

série

 

Après élimination des redoublements de notes (unisson ou octave) et éventuellement transpositions on obtient:

série

Multiplication de I par I avec regroupement et élimination des doublons

 

 

I par II

série

I multiplié par II

 

 

I par III

série

I multiplié par III

 

 

 

I par IV

série

I multiplié par IV

 

 

etc…

Pour obtenir les cinq séries suivantes:

 

série

Série multipliée par I

 

 

 

série

Série multipliée par II

 

 

 

série

Série multipliée par III

 

 

 

série

Série multipliée par IV

 

 

 

série

Série multipliée par V

 

 

 

 

N.B: La série a été volontairement choisie pour ses implications tonales dans l’idée de sortir de l’obédience atonale stricte qui, elle, les prohibe, évidemment.

 

Je passe sur la sérialisation des durées, des attaques, des timbres et même de la musique concrète. Tout ceci pourra être approfondi grâce à la bibliographie.

 

Anton Webern Symphonie opus 21

 

Bibliographie:

Points de repère I – Imaginer  Pierre Boulez edition Christian Bourgois

Penser la musique aujourd’hui  Pierre Boulez  édition Gallimard (1963) une sorte de « bible » de la musique sérielle qui a influencé beaucoup de compositeurs.

Techniques of the contemporary composer  David Cope edition Schirmer

New Directions in music David Cope edition Waveland Press

Introduction à la musique de douze sons, René Leibowitz édition l’Arche (Paris 1949) élève de Schoenberg, de Webern et de Ravel, il fut l’introducteur du dodécaphonisme en France. Pierre Boulez qui fut un de ses élèves le critiquera, plus tard, sévèrement.

Modern Twelve-tone Technique  Gordon Delamont edition Kendor Music

 

Jean-Michel Darrémont

 

Show Buttons
Hide Buttons
%d blogueurs aiment cette page :